News en bref

Congo Airways pourrait de nouveau desservir la ligne de Mbuji-Mayi d’ici fin février; FlyCAA réceptionne un Airbus A321 pour l’exploitation des lignes domestiques; Un Airbus A320 de Congo Airways transporte des supporters congolais au Rwanda pour le CHAN 2016; des travaux majeurs prévus pour 2017à l’aéroport de MbujiMayi, Congo Airways prepare la sesserte de la ville de Mbandaka>

Sunday, February 10, 2013

Westair Bénin reprend ses vols vers Kinshasa

Lu pour vous sur le potentielonline.com
__________________
Après une longue interruption,la compagnie aérienne WEST AFRICA AlLI NES communément appelé WESTAIR BENIN a repris ses vols entre Kinshasa et Cotonou avec des connexions sur toute l’Afrique de l’Ouest et l’Europe. Le vol inaugural a eu lieu le Jeudi 31 Janvier2013.

Décor inhabituel cet après-midi du Jeudi 31 janvier 2013 ; à (aéroport international de N’djili. Deux gros véhicules anti incendies stationnent de part et d’autre de la bretelle centrale qui relie le tarmac à la piste d’atterrissage comme si on s’attendait à une catastrophe imminente. Un avion en provenance d’Europe atterrit. Rien ne se passe, puis un Boeing 737-400 blanc orné des motifs verts touche la piste et s’engage majestueusement sur la brettelle.

Deux jets d’eau jaillissent des deux camions anti incendie et forment une voûte d’honneur dans laquelle s’engouffre l’aéronef sous le regard admiratifs de l’assistance.
Sur le tarmac, un comité d’accueil constitué du staff d’Airlines Services Management, ASEM en sigles, conduit par son patron Rachid PATIEN, de la représentante de la compagnie aérienne WESTAIR BENIN à Kinshasa, Madame Marie Noëlle LUKUSA NGALULA, et des autorités aéroportuaires attend impatiemment.

Le Boeing franchit la gerbe d’eau, avance encore et s’immobilise sur le tarmac après avoir reçu son baptême. De la passerelle descend l’Administrateur général de WESTAIR BENIN, Ferdinand SOVI qu’accompagnent quelques collaborateurs. Poignées de mains, accolades avec le comité d’accueil, tous se dirigent vers le restaurant MOBEMBO ou un immense cocktail est offert aux hôtes.
Quelques instants plus tard, Mr Ferdinand SOVI, Mme Marie Noëlle LUKUSA de WESTAIR BENIN, Mr Rachid PATIEN et deux cadres d’ASEM, l’opérateur local de WESTAIR BENIN, se retirent pour une brève séance de travail. A l’issue de cet aparté, l’Administrateur général de WESTAIRBENIN explique: « Nous venions ici depuis 2003 on opérait avec quatre vols par semaine sur Kishasa. On a dû interrompre parce que les appareils etaient trop onéreux à l’exploitation. Donc on a dû arrêter l’exploitation sur Kinshasa, à la même époque disparaissaient nos partenoires avec qui nous avions des alliances pour diverses raisons commerciales, je veux parler d’AIR GABON, CAMAIR et d’autres. Nous avons décidé à juste titre de revenir, de reprendre notre place. On n’est pas inconnu sur le lieu. »

Quant au programme des vols, Mr SOVI precise: « Deux fréquences hebdomadaires au départ de COTONOU, mais des vols venant de toute l’Afrique de l’Ouest et avec l’Eurape à partir de COTONOU. »  Donc WESTAIR BENIN opérera chaque mardi et chaque jeudi entre Kinshasa et Cotonou. Quand on sait l’importance du trafic entre Kinshasa et l’Afrique de l’Ouest on ne peut que se féliciter de l’ouverture de cet axe. Les « Mamans Benin» et « les Mamans Nigeria» seront parmi les plus gâtés. WESTAIR BENIN élargit les possibilités de voyager à l’abri des aléas de longs courriers faisant escales à Kinshasa parce que souvent leurs avions arrivent avec peu de places disponibles. Ce qui entraîne souvent le report du voyage à généralement une semaine ou plus. Certains voyageurs de Kinshasa traversent carrément le fleuve pour aller prendre l’avion à partir de Brazza avec tous les tracas qu’ils subissent. Formalités avant la traversée, formalités à l’arrivée à Brazzaville, formalités à l’aéroport avant l’embarquement, formalités à l’arrivée à Cotonou ... et la reprise de toutes ces formalités sur le parcours de retour. 

Avec le vol direct que propose WESTAIR BENIN, on est sûr que sa place est bel et bien réservée et qu’il n’y a aucun risque de report. Et puis, on ne remplit les formalités qu’à N’Djili et à Cotonou

No comments:

Post a Comment